Accueil Poésies Au creux de ma tête

Au creux de ma tête

0
0
30
IMG-20170816-WA0001_optimized[1]

Sable et sel rongent mon rocher,
Vagues et vent lissent ma plage.
Je pars souvent me cacher
Dans mon beau paysage,
Au creux de ma tête,
Où vont les mouettes.
Là-bas, il y a des ombres,
Des ombres discrètes et gaies.
Là-bas, dans ma pénombre
Où fleurissent par brassées
Les plus belles filles,
Poivrées et câlines,
Je ne compte pas le temps,
Je cultive mon envie,
J’écoute tous leurs battements,
J’écoute bouillonner leurs vies.
Tu dis que c’est lassant les mouettes,
Tu n’aimes pas leurs cris stridents.
Mais les miennes sont muettes,
De leurs becs, nul claquement
Ne s’échappe en volant.
Et sur mon océan,
Elles planent en silence.
Je regarde, puis savoure,
J’observe ce plaisir immense
De voler, sans contrainte, libre.
Tu veux rentrer dans le monde
Que j’ai construit et façonné,
Sculpté en formes rondes,
Poli, frotté et lustré.
Mais tu ne pourras pas
Du seuil franchir le pas.
C’est pour moi, cet univers !
J’en possède seul la clef.
Si tu veux parfois quitter la terre
Pars dans ta tête pour voler.
Sable et sel rongent mon rocher,
Vagues et vent lissent ma plage.
Je pars souvent me cacher
Dans mon beau paysage,
Au creux de ma tête,
Où vont les mouettes.

  • 20181016_120148[1]

    Odeur et trépas

    La voiture glisse lentement, en cahotant, sans bruit, entre les massifs de lavande garniss…
  • isolate-1209275__340

    M’isoler là-haut

    Apparaissant le jour en fantôme de brume, elle invite à rejoindre ses flancs doux et chaud…
  • art-1192793__340

    Verrerie

    Venez voir, au village, ce beau four qui fume, Sa haute cheminée crève l’épaisse brume, L’…
Charger d'autres articles liés
  • 20181016_120148[1]

    Odeur et trépas

    La voiture glisse lentement, en cahotant, sans bruit, entre les massifs de lavande garniss…
  • isolate-1209275__340

    M’isoler là-haut

    Apparaissant le jour en fantôme de brume, elle invite à rejoindre ses flancs doux et chaud…
  • art-1192793__340

    Verrerie

    Venez voir, au village, ce beau four qui fume, Sa haute cheminée crève l’épaisse brume, L’…
Charger d'autres écrits par onouvellesdeguy
  • isolate-1209275__340

    M’isoler là-haut

    Apparaissant le jour en fantôme de brume, elle invite à rejoindre ses flancs doux et chaud…
  • art-1192793__340

    Verrerie

    Venez voir, au village, ce beau four qui fume, Sa haute cheminée crève l’épaisse brume, L’…
  • learn-2749236__340

    Hémistiches à François

    François de Montcorbier, toi l’échappé du gibet, Combien de poètes, dans ta grande quête D…
Charger d'autres écrits dans Poésies

Laisser un commentaire

Consulter aussi

C’est elle

Comme une pluie tiède qui ruisselle délicatement sur ma peau nue, Comme une révélation qui…